Le blog de Louis Lepioufle

News, Politics

Une politique européenne de défense impulsée par Obama

Qui aurait pu imaginer qu’un évènement de la campagne électorale de Barack Obama pour 2012 puisse avoir autant d’influence sur la politique de défense européenne ? Le 5 janvier dernier le Président américain a présenté au Pentagone la nouvelle stratégie de défense américaine.

À l’échelle globale, les Etats-Unis ne métamorphosent pas leur politique de défense mais des changements radicaux ont lieu pour certains point précis. Sur le plan thématique tout d’abord puisque la puissance américaine affirme davantage son positionnement en faveur de l’espace et du cyberespace, qui devient son objectif vital réaffirmant donc la volonté d’un code de conduite international en matière d’espace. Sur le plan stratégique, le contre-terrorisme reste un axe majeur d’action tout comme la guerre irrégulière. L’assistance aux forces locales sera ainsi privilégiée puisque la nouvelle stratégie américaine de défense remet en cause la capacité actuelle et historique à s’engager sur deux terrains au même moment. La capacité de déploiement se focalisera désormais sur un théâtre d’action majeur, le second théâtre d’intervention aura pour but d’ « empêcher un adversaire d’atteindre ses objectifs« , comme l’analyse Y. Gouermel.

C’est sur le plan géographique que le changement est important pour l’Europe et essentiel pour la construction de la défense à l’échelle de l’UE. Ainsi, en maintenant un engagement envers la lutte contre le terrorisme, les Etats-Unis axent leur défense stratégique à destination de l’Afghanistan, du Pakistan, de la Somalie, du Yémen, et plus largement du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-est.

Au-delà de l’aspect thématique qu’est le contre-terrorisme, un recentrage stratégique est effectué vis-à-vis de l’Asie avec des partenaires classiques, que sont la Corée du Sud ou le Japon, mais aussi en développant des partenariats stratégiques régionaux avec l’Inde. On constate ici la volonté d’instaurer un véritable contrepoids à la puissance chinoise dans la région, perçue comme « un expansionnisme […] plutôt agressif » selon les termes d’Y. Gouermel.

L’Europe est ici la grande absente de cette stratégie de défense. Deux conclusions en découlent. Tout d’abord les États-Unis se désengagent totalement d’Europe, souhaitant conséquemment que cette dernière prenne davantage de place au niveau stratégique au sein de l’OTAN. Le second élément, qui fait naturellement suite au premier, est l’opportunité majeur qui s’ouvre à l’Europe et à l’Union Européenne (qui n’est pas d’ailleurs pas citée dans le texte). En effet, Barack Obama offre ici sur un plateau la possibilité de renforcement de la défense européenne en matière d’action extérieure. En se dessaisissant de l’OTAN comme bras armé de sa politique extérieure tout en la maintenant comme axe stratégique, les Etats-Unis font un appel du pied à l’Union Européenne en faveur d’une défense commune, véritable armée de l’Union, capable d’engagements internationaux au nom des vingt-sept.

Crédit photo: Pete Souza on WhiteHouse.gov

Comments

comments

1 comment

  1. Maxime - 2012/01/20 11 h 39 min

    Ce qui est marrant, c’est qu’on en parle pas trop du budget de l’armée ( à part marine qui veut l’augmenter). Quand on crie qu’on va au désastre avec les 60.000 profs, on oublie qu’on a une armée qui coûte très cher.. Et l’armée qui est là pour protéger l’état, l’affaiblit paradoxalement par son coût élevé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>